vendredi 21 juillet 2017

CE QUE JE PENSE DU 29ème SOMMET DE L’UNION AFRICAINE



            Du 03 au 04 juillet 2017, les chefs d’Etats africains se sont réunis pour discuter sur la vision à donner à l’union africaine. Une de leurs décisions qui a retenu mon attention est leur engagement pour l’autofinancement de cette union. Dans la tradition africaine, et même dans nos coutumes, la fierté a toujours été que son développement dépende de soi-même. C’est pour cela qu’avant que l’école ne soit, la combativité pour la dignité était enseignée dans toutes les familles. Le fait de taxer les produits importés, à mon avis, est aussi une bonne décision. Car l’Afrique est devenue un marché mondial de consommation et d’écoulement de toutes les surproductions manufacturées comme alimentaires. Dans cette compétition, cette taxe ne fera reculer aucun vendeur pour ce marché juteux. J’ai entendu des gens dire que cela pourrait faire augmenter les prix des produits en Afrique. Personnellement, je ne crois pas à cette analyse. Pour moi, c’est plutôt ceux qui n’accepteront pas cette taxe qui vont perdre leur marché au profit d’autres vendeurs.

            Après cette rencontre des chefs d’Etat africains, j’ai suivi un débat sur la Radio France Internationale (RFI) où des citoyens africains s’inquiétaient sur la question de gestion efficiente et sans couloir de ces fonds issus des taxes. Effectivement, le problème de la gouvernance est un grand handicap pour le développement en Afrique. Et moi je plante le décor en disant que plusieurs hommes politiques ne savent pas ce que signifie la bonne gouvernance. A mon avis, la bonne gouvernance n’est pas seulement financière, elle se trouve aussi dans la vision et le comportement. Quand un homme politique a une vision pour que sa nation se développe, il a automatiquement un comportement par lequel il s’assume avec des risques. Et l’exemple de Thomas SANKARA au Burkina Faso est typique pour illustrer mon argument. Thomas SANKARA savait que pour le développement, il fallait que nous travaillions dur en étant unis. Pour lui, il fallait bannir la corruption et les détournements ; seul le bon comportement de l’humain devait être sa valeur et non le copinage dans la malversation. Il savait aussi le risque qu’il prenait en ayant une telle vision. Cependant il a toujours dit à qui voulait l’entendre, qu’il était prêt à payer le prix pour sa nation et il l’a payé en perdant sa vie. L’autre fait également, est que Thomas SANKARA n’a pas été surpris par son sort. Par contre son successeur qui avait une vision contraire à la sienne s’est fait surprendre par le peuple après 27 ans de règne et se pose aujourd’hui la question à savoir « qu’est-ce qui est arrivé ? ». J’ai toujours dit qu’il y a une différence entre un homme intelligent et un homme malin. L’homme intelligent est celui qui sait que les sorts des humains sont liés, il sait bien que le malheur de quelqu’un peut être un jour le sien. L’homme malin est celui qui sait contourner les logiques, quand une chose est noire, celui-ci est capable de vous démontrez qu’elle est blanche, il dit ce qu’il ne fait pas et fait ce qu’il ne dit pas. Et le jour que les hommes se rendront compte qu’ils ont toujours été bernés, ils se révolteront contre lui. Aucun homme malin n’est à l’abri de cela.

            Il y a eu suffisamment de grands hommes dans le monde qui ont contribué à instaurer dans l’humanité cet équilibre qu’il vit aujourd’hui. En France, il y a eu le général DE GAULLES, aux États-Unis, il y a eu Martin Luther KING, en Inde il y a eu Mahatma GANDHI. En Afrique il y en a également eu ; mais certains africains n’ont pas du tout été compris : c’est le cas de Patrice LOMUNBA, Thomas SANKARA et Hamilcar CABRAL. Seul Nelson MANDELA, qui a beaucoup souffert, a fini par être compris et a démontré que les hommes sont égaux et doivent pouvoir vivre ensemble dans une symbiose afin que le développement soit pour tout le monde.

            J’attire donc l’attention de nos chefs d’États car je me donne l’espoir qu’ils peuvent faire le développement en évitant certains comportements. J’ai été particulièrement déçu du procès du vice-président de la Guinée Equatoriale pour ses biens en France. Avec tout le développement en Guinée Equatoriale dont parlent souvent certains médias, je pense qu’il n’avait pas besoin de tout cet investissement en France. S’il avait, à la rigueur, fait cet investissement dans un autre pays africain, il aurait créé de l’emploi pour la jeunesse africaine. L’ancien président américain Barack OBAMA vient de s’acheter une maison à Washington pour mieux suivre l’éducation et les études de ses filles et cela se comprend très bien. L’autre comportement que je ne comprends pas non plus est celui des anciens chefs d’États africains qui après le pouvoir s’installent en Europe. Être le Président d’un pays traduit logiquement l’amour qu’on porte à ce pays et après le pouvoir, on doit pouvoir s’y reposer paisiblement parce qu’on a bien travaillé pour son développement. Un griot malien dit qu’un homme de valeur doit avoir un comportement qui permet à tout le monde de savoir ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas. Tous ces développements que je viens de faire font partie des réflexions à prendre en compte pour une bonne gouvernance. Les ressources naturelles de l’Afrique et la capacité intellectuelle qui y existe de nos jours doivent conditionner la bonne gouvernance pour le développement en Afrique.

En tant que citoyen Burkinabé
Ouagadougou, le 21 juillet 2017

TRAORE B. François,
Agriculteur Burkinabé
Docteur honoris causa de l’Université de Gembloux,
www.francoistraore.blogspot.com

mercredi 21 juin 2017

CE QUE JE PENSE DE LA RENCONTRE ORGANISEE PAR L’ABBE SYLLA MATHIAS OUEDRAOGO AVEC 600 JEUNES VENANT DU DIOCESE DE KOUDOUGOU



Selon l’abbé Mathias OUEDRAOGO, religion et éducation pour le développement vont ensemble. Et il pense que pendant la période d’adolescence, si l’adolescent n’est pas bien informé et orienté dans le bon sens il peut mal appréhender la vie sociale et professionnelle, pour cela les adultes ont une responsabilité et un rôle à jouer dans cette orientation. Du 15 au 17 juin 2017, ensemble avec ses collègues, ils ont regroupé 600 jeunes, filles et garçons, élèves, étudiants et paysans, pour échanger avec eux sur la vie, écouter leurs préoccupations et leur donner des conseils. L’abbé Mathias OUEDRAOGO avait également repéré des hommes dont l’expérience pouvait éclairer les jeunes et leur permettre de poser des questions pour tirer leçon de cette expérience. Le ministre de la jeunesse, ayant été informé de cette initiative, a tenu à être personnellement présent et partager avec les jeunes la vision du gouvernement pour la jeunesse. Pour lui, il n’y a pas de développement sans une bonne éducation et formation des jeunes. Il a salué l’initiative et encouragé les jeunes à évoluer avec courage et discipline. En tant qu’agriculteur, j’ai été invité pour partager avec les jeunes sur mon expérience professionnelle et sociale. Moi qui ai été chef de famille à l’âge de 15 ans lorsque mon père avait perdu la vue, je sais bien ce que vaut l’expérience des adultes. J’aurais pu demander à mon père pourquoi il était devenu aveugle et pourquoi notre famille était pauvre. J’ai compris avec les conseils que toutes ces plaintes et ces revendications ne servaient à rien, on m’a plutôt encouragé à me battre en me disant que s’occuper de ses parents apportait des bénédictions à un jeune et que cette combativité, avec les bénédictions, pouvait m’ouvrir des portes à l’avenir. Je sais également qu’à cet âge, quand l’énergie déborde, la maitrise de soi pour l’écoute n’est pas facile. C’est donc très volontiers que j’ai échangé sur mon expérience avec ces jeunes tout en me rappelant que puisqu’on m’en a donné je dois également donner.

Mon intervention devait se baser sur le statut du jeune après l’insurrection. Pour moi, l’insurrection est venue du « ras le bol » de la population après 27 ans de mal gouvernance pendant lesquels la jeunesse était manipulée soit par la « carotte » ou par le « bâton ». Dans la fonction publique, la logique était de faire ce que la famille au pouvoir voulait. Le bon comportement et la qualité de l’œuvre d’un travailleur ne pouvaient plus le faire apprécier, un jeune qui n’était pas branché au réseau du régime était laissé pour compte. Quant au paysans, ils étaient flattés par des actions de forclore qui ne leur permettaient pas de bien valoriser leur énergie pour augmenter leurs revenus, il y avait plutôt des conflits permanents entre ces acteurs, souvent même créés par la politique. Cela a fait perdre l’espoir à toute la population et particulièrement à la jeunesse. C’est seulement l’insurrection qui était le passage obligatoire pour mettre fin à cette dérive et j’ai appelé cela la solution extrême. Après cette insurrection, il y a eu des élections et un nouveau gouvernement a été installé. A mon avis, le peuple burkinabé et sa jeunesse doivent se remettre des séquelles de la mauvaise gouvernance passée. Le patriotisme qui nous a conduit à nous révolter contre un régime qui nous emmenait vers la dérive doit aussi faire de nous des hommes intègres, aimant le travail et surtout celui bien fait dans une discipline sociale en tout temps et en tout lieu pour faire démarrer la machine du développement. Ce que nous constatons ce sont les grèves, l’incivisme, et souvent même l’indiscipline dans les familles, dans la rue, dans les écoles. A mon avis, cela ne nous emmènera pas au développement. Je suis conscient qu’il y a des choses à corriger dans la gouvernance pour que le tort subit par cette population ne revienne plus lui faire encore en subir. Et pour corriger ses séquelles, les mauvaises actions d’éclat ne sont pas la solution. Un peuple en voie de développement doit travailler à rattraper les autres qui se sont développés et pour les rattraper il faut plutôt des sauts qualitatifs, ceux-ci ne réussissent que quand nous les faisons tous ensemble dans la cohésion. Le Burkina a tout pour réussir car sa population est majoritairement jeune et c’est en ce sens que je trouve l’œuvre de l’abbé Mathias OUEDRAOGO salutaire car il veut que les adultes soient responsables pour aider les jeunes à être conscients au bon moment. Une jeunesse consciente qui utilise bien son énergie intellectuelle et physique, c’est avec elle que le Burkina peut se développer et je suis sûr qu’au Burkina il y aura le développement car ce n’est pas le courage qui manque au peuple burkinabé.
En tant que vétéran agricole Burkinabé
Ouagadougou, le 21 juin 2017

TRAORE B. François,
Agriculteur Burkinabé
Docteur honoris causa de l’Université de Gembloux,
www.francoistraore.blogspot.com




vendredi 2 juin 2017

CE QUE JE PENSE DE LA DECISION DU PRESIDENT AMERICAIN DONALD TRUMP QUI EST CELLE DE NE PAS APPLIQUER L’ACCORD DU COP 21 OBTENU A PARIS



Le 1er Juin 2017, nous avons appris le désengagement du Président TRUMP concernant l’accord obtenu des échanges sur le changement climatique au COP 21 à Paris. En tant qu’agriculteur burkinabé, cela m’a déçu. Un des arguments du président TRUMP que j’ai saisis est que le changement climatique n’est pas due à l’action de l’homme, chose qui est en partie vraie ; sauf que les changements dues à la nature qui se répercutent sur le climat, dans le passé, étaient suivis par les êtres vivants et leur ingéniosité étaient de se déplacer et d’aller où la situation leur était favorable. C’est ainsi que dans l’histoire de l’humanité, les êtres vivants ont toujours bougé d’une zone écologique à l’autre. Ce qui est paradoxal dans cette analyse de TRUMP est qu’il refuse des Hommes venants d’ailleurs sur le territoire américain dans une période d’un monde civilisé. Au début de cette civilisation, des indiens ont été envahis sur leur territoire, des noirs ont été déportés au États-Unis comme esclaves ouvriers. Aujourd’hui, il n’y a aucune règle comptable qui puisse mesurer ces dommages causés à des humains. C’est pour cela, à mon avis que les résultats du COP 21 montrent une civilisation à visage humain. Le premier déplacement de TRUMP hors des États-Unis après son élection a été un long périple. On sentait dans ce déplacement que l’Amérique a également besoin des autres.
Les résultats du COP 21 ont été acceptés par les dirigeants de près de 200 pays. Ces résultats sont dus à la conviction de ces leaders que les connaissances et les moyens que possède l’humanité peuvent permettre de préserver notre planète terre pour que l’Homme se porte mieux malgré le réchauffement climatique. Il a aussi été décidé de limiter les actions de l’homme qui ont fortement influencé le climat. Cela a rehaussé l’image de la civilisation moderne. Les injustices dans le monde, il y en a eu ; les actions de l’humain à impacts négatifs sur la nature, il y en a eu également ; ce sont les conséquences de ces dérives que nous vivons sans les accepter et la migration massive est un exemple. La perturbation de la pluviométrie, la désertification, les ouragans sont également des conséquences qui sont aussi dues en partie à la recherche souvent démesurée de l’intérêt des Hommes. Je reste donc convaincu que la décision de TRUMP ne pourra pas perturber ces leaders convaincus. Même aux États-Unis, la maturité de la démocratie fait que tous les américains n’acceptent pas les décisions d’un Président quand cela ne leur plait pas. J’ose donc croire que d’une manière ou d’une autre, l’Amérique rejoindra le groupe parce qu’il s’agit du bien de l’humanité et l’Amérique en fait partie.

     En tant que Agriculteur Burkinabé
Ouagadougou, le 03 juin 2017

TRAORE B. François,
Agriculteur Burkinabé
Docteur honoris causa de l’Université de Gembloux,
www.francoistraore.blogspot.com